La grève des bàttu, Aminata Sow Fall

25385808_8425828

          On ne pensait pas un jour désirer le retour de ces déchets humains, de ces mendiants qui avaient pris d’assaut la ville et empêchaient d’après certains le développement de la ville mais surtout la prospérité de la ville en ce qu’ils véhiculaient une mauvaise image de celle-ci aux touristes qui risquaient de ne pas venir et d’autres de ne pas revenir. Il fallait donc les chasser de les villes et ce par tous moyens en les raflant afin de les envoyer à des lieues, bien loin de la ville, en les battant, bref à tout prix.

Mour N’diaye a accomplit cette tâche d’une main de maitre, secondé par Keba Dabo son fidèle adjoint. Il ne pensait souhaiter un jour si fortement leur retour dans les rues de la ville qu’il irait les chercher en personne, jusque là où ils s’étaient réfugiés. Keba Dabo a en commun avec Mour N’Diaye cette horreur des mendiants. Peut-être même plus car ils le dégoûtent au point de lui en donner la nausée. Il ne comprend pas cette nonchalance, ce goût pour la facilité qui les pousse à s’agglutiner à chaque coin de coin de rue, bàttu (calebasse) en main, pour demander l’aumône. En fait, il ne supporte pas la politique de la main tendue. Bien Sûr de nombreuses personnes font aumône. Par devoir, en raison de la religion qui le préconise mais aussi par intérêt car toute bonne action reçoit récompense, qu’elle ai été encouragée par la requête d’un marabout qui vous a promis quelque chose ou que ce soit de son propre chef dans l’attente de la réalisation d’un projet.

Pour Mour N’diaye, il s’agit des recommandations d’un des nombreux marabouts qu’il consulte. Il le sent le poste de vice président qui sera bientôt proposé est pour lui mais comment le garantir ? Il lui faut pour cela faire un don à des mendiants. Le problème ? Ils ont désertés les rues. Ils sont en grève ! Savamment orchestrée par les mendiants et galvanisés par la détermination de Salla Niang ils attendent dans leur résidence ceux qui voudront faire un don et soulager leur conscience. Ce qui va fonctionner et les dons vont pleuvoir, cependant quand Mour Ndiaye viendra vers eux pour querir leur présence à nouveau dans la ville afin de pouvoir exercer son don dans les modalités recommandées par son marabout, il apprendra à ses dépens qu’il ne fallait pas commencer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s