Biographie

Juriste de formation, animatrice culturelle et romancière ivoirienne ayant grandi à Abidjan, en Côte d’Ivoire, l’amour des lettres m’a toujours habitée. Inscrite dans une école française, je ne m’aperçois de la richesse de la littérature africaine, caribéenne et noire-américaine qu’au gré de mes recherches. Fascinée par le concept de la Négritude dans lequel je me redécouvre, noire et fière de mes racines dans lesquelles je puise ma force, l’envie de partager moi aussi ma vision du monde me prend et me transporte. Diplômée en droit mais passionnée par la littérature, l’ethnologie et la sociologie, autodidacte je vogue sur ma barque et me façonne en puisant dans la foisonnante histoire africaine une force identitaire insoupçonnée jusque là. L’Afrique, un continent riche et dynamique qui bouillonne culturellement et ne demande qu’à resplendir.

1454783_353101764834676_1624429696_n

En 2012 mon premier roman, Odwira, parait aux éditions Balafons. Il sera décliné en triptyque.

En 2013 je présente à Abidjan la première édition d’un évènement culturel que j’intitule « Les Mots d’Ombre » (#LesMo),organisé sous la forme de deux sessions mensuelles. C’est un forum d’échange, ouvert à tous, qui permet à différents acteurs culturels ( auteurs, cinéastes, comédiens…) mais aussi à un très large public de se retrouver et d’aborder des thématiques pertinentes sur l’Afrique et d’en débattre librement. La découverte de soi à travers la découverte de sa culture est une aventure extraordinaire que je partage à travers ces rencontres littéraires mais aussi à travers mes ouvrages.

En août 2016 parait aux éditions Maïeutiques un recueil de récits intitulé « Poings d’Interrogation » qui réuni cinq auteurs ivoiriens. Fresque polyphonique, cet ouvrage titille la société et aborde sans détours des thèmes auxquels nous sommes confrontés au quotidien et qui ne nous laissent pas indifférents. L’éxil, l’amour, la condition des femmes, l’urgence de la paix…

Mi août 2016 parait aux éditions Édilivre un recueil de nouvelles : « Latitudes féminines » dans lequel je partage mes questionnements, mes convictions et mes espoirs sur la condition de la femme Africaine. 

Je fais partie de ces femmes boulimiques de travail, qui n’envisagent l’épanouissement que dans le dépassement de soi et dans l’ouverture vers l’autre. Dans la nécessité d’oeuvrer pour la communauté, dans le besoin de contribuer à ce que le monde tourne mieux en apportant modestement ma pierre à l’édifice.