Nous sommes tous des féministes, Chimamanda Ngozi Adichie

51OX5UDUKYL._SX302_BO1,204,203,200_

C’est par un texte court, clair et concis, version modifiée d’une conférence intitulée « The Danger of the Single Story » que Chimamanda Ngozi Adichie a donné en 2012, qu’elle nous explique comment le féminisme est limité en Afrique par les préjugés et les conséquences hélas négatives que cela engendre dans notre société.  

Ce brillant essai ne contient pas que des mots jetés sur un papier, mais ils sont le reflet d’une réflexion issue d’expériences qu’elle a vécue en tant que femme et que bien d’autres femmes ont subies et vivent quotidiennement. Chimamanda ne se limite pas à simplement évoquer une accumulation de faits qui démontrent comment la société africaine dans son fonctionnement diminue la femme, mais elle explique aussi comment l’éducation conforte et véhicule cette idée d’infériorité de la femme. 

Or pourquoi dès notre plus jeune âge sommes-nous conditionnées pour être inférieures aux hommes et à nous comporter comme tel afin de ne pas leur faire de l’ombre? Ce féminisme qui va à l’encontre de toutes les valeurs transmises lors de l’éducation a alors une connotation négative. Les femmes qui ne courbent pas l’échine devant les hommes sont semblables à des rebelles, elles sont indexées, parfois même rejetées. Par des hommes qui ne supportent pas qu’une femme puisse remettre en question leur autorité, par des femmes qui, aliénées, ne comprennent pas qu’elles ne restent pas à leur place de femme. 

Le féminisme ne ferait pas partie de la culture africaine. Cette affirmation est surprenante pour quiconque connaît l’histoire africaine. L’oppression et l’assujettissement de la femme ne sont pas non plus l’expression de la culture africaine. 

Ce livre est un ouvrage important pour moi, parce que je crois qu’il peut permettre à des générations de se remettre en question et de ne pas perpétuer la transmission, par une éducation sexiste, d’entraves à l’évolution des femmes. Femmes fortes, libres indépendantes qui sont indispensables pour un continent prospère. 

Extraits choisis :

 » Nous passons un temps fou à apprendre à nos filles à se préoccuper de l’opinion que les garçons ont d’elles. Mais le contraire n’est pas vrai. Nous n’apprenons pas à nos fils à se soucier d’être aimables. Nous passons un temps fou à répéter à nos filles qu’elles ne peuvent être en colère, ni agressives ni dures, ce qui est déjà assez grave en soi, sauf que nous prenons le contre-pied et félicitons ou excusons les garçons qui, eux, ne s’en privent pas. »

« Dans notre pays, on menace bien davantage un femme qu’un homme de cela – la ruine d’un mariage, l’éventualité de ne jamais se marier. »

« Comme je suis une fille, on s’attend à ce que j’aspire à me marier. On s’attend à ce que je fasse des choix en gardant toujours à l’esprit que le mariage est ce qu’il y a de plus important…Mais pourquoi apprenons-nous aux filles a y aspirer et non aux garçons? »

La deuxième partie de l’ouvrage est une nouvelle intitulées « les marieuses ». Une jeune femme originaire du Nigéria, Chinaza, arrive aux Etats-Unis avec l’homme qu’elle vient d’épouser grâce à un mariage arrangé. Or, à peine descend-elle du taxi que tout ce qu’elle avait imaginé s’écroule. La vie qui l’attend ici est bien différente de ce à quoi elle s’attendait. Pour plaire à son mari Ofodile Emeka Udenwa qui se fait désormais appeler Dave Bell, elle devra faire de nombreuses concessions, notamment celle d’occulter sa culture pour mieux s’intégrer à la vie en Amérique. Elle va devoir faire preuve de beaucoup de patience mais surtout de résignation, mais encore faudrait-il qu’elle soit prête à accepter de renier ce qu’elle est. Notamment en sachant que son époux a omis de l’informer d’un « détail » très dérangeant. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s