Erotisme et volupté, l’extase des sens dans la littérature africaine

Image

Certains on déjà feuilleté fébrilement les pages d’un roman érotique, d’autres quelques passages voire même l’ouvrage entier. Seul, ou entre amis pour rire nous avons tous une connaissance plus ou moins poussée de ce genre littéraire qui laisse intrigue, attire ou séduit. 



L’érotisme et la pornographie ont parfois une seule et même définition dans l’imaginaire de certaines personnes. Or, il est important de distinguer ces deux genres qui sont tout à fait différents. 

La littérature érotique suggère la lente montée de l’ébullition qui conduit à l’effleurement des corps. Par des mots voilés et de douces suggestions, l’auteur souffle au lecteur davantage qu’il ne décrit. 
Elle sublime l’extase au fil d’une histoire romancée ou parfois drôle en attisant l’imagination du lecteur.

La sexualité a toujours été présente dans les divers moyens d’expression de l’Homme qu’il s’agisse de l’art ou de la littérature. En Afrique un grand nombre d’œuvres d’arts abordent la sexualité de façon plus imagée selon les régions et les époques. Les « bétises lobi » que l’on retrouve en Côte d’Ivoire, au Ghana mais aussi au Burkina Faso, sont connues dans le milieu de l’Art pour être sulfureuses.

La littérature érotique a évolué au gré du climat politique et social du pays. 
Au cours du XIIe siècle en Europe, l’Amour courtois, ancêtre de la littérature érotique apparait. Bien que l’Europe soit dominée par les interdits du christianisme, troubadours, chevaliers et poètes font l’éloge de la femme et évoquent avec une pudeur la sexualité. 
Sous la Renaissance, la littérature érotique est considérée comme immorale, subversive et représente une transgression. Cependant, elle circule tout de même de façon illégale avant de prendre un nouvel essor à l’ère du libertinage où on lui reconnaît un aspect bénéfique.
Diderot en écrivant ainsi ‘Les Bijoux indiscrets’ (1748) s’oppose à l’Eglise et réconcilie l’âme et le corps. La séduction, le sexe et l’amour sont alors abordés dans de nombreux ouvrages tels que ‘Les Liaisons dangereuses’ de Choderlos de Laclos et ‘Clarissa Harlowe’ de Samuel Richardson.
La littérature érotique est en plein essor et grâce aux œuvres du Marquis de Sade, un des plus grands auteurs de ce genre, qui sont considérées à l’époque comme absolument scandaleuses, elle ne cesse de s’enrichir. Ses écrits révolutionnent la littérature érotique car il explore toutes les formes de sexualité les plus extrêmes notamment dans son livre les ‘Cent Vingt Journées de Sodome’. Si la littérature érotique est assez taboue et même sujette à de sévères répressions, ce n’est qu’au XXe siècle avec l’apparition de la psychanalyse qu’elle se libère.

Si de nos jours en Europe la littérature érotique est un genre qui séduit et rencontre un grand succès auprès des éditeurs et des librairies, qu’en est-il en Afrique?

Rendez-vous au prochain post, en attendant d’en savoir davantage à la prochaine rencontre littéraire!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s